La prétendue « rénovation » des formations technologiques industrielles va de fait supprimer cette voie de formation, pourtant porteuse de réussite et d’insertion professionnelle pour nombre d’élèves, notamment dans notre région où l’emploi industriel est encore important.

Le SNES-FSU condamne et combat cette réforme, et ce d’autant plus qu’elle est menée dans notre académie dans une opacité totale.
Ainsi, le Recteur Mucchielli a réitéré le lundi 17 janvier, devant les organisations syndicales représentatives, son refus de discuter de la nouvelle carte des formations, qui se substituent aux actuels bacs technologiques industriels, mais aussi du plan de reconversion qui devrait toucher environ un tiers des enseignants de ces disciplines.

C’est la première fois qu’un « plan social » de cette ampleur n’est ni négocié, ni porté à la connaissance des représentants des personnels.

Il s’agit sans doute de cacher l’absence de véritable plan de formation : aucun financement spécifique n’est ainsi prévu. Le Recteur a fini par concéder qu’une grande partie de ces collègues seraient « notamment » appelés à enseigner en collège « en fonction des besoins », c’est-à-dire enseigner une discipline qui n’est pas la leur, devant un public scolaire qu’ils ne connaissent pas, et malgré leur volonté.

Le SNES-FSU estime que, sur le fond comme sur la forme, le mépris pour les enseignants de cette voie d’excellence et de réussite a dépassé les limites.

Il appelle les collègues des établissements concernés :

- à se réunir en assemblées générales, au plus tard le mardi 25 janvier, pour mettre au débat le recours immédiat à la grève,

-  à se rassembler, le jeudi 27 janvier, jour du réunion du comité technique paritaire académique présidé par le Recteur, à 14h devant le Rectorat d’Amiens.