5 février 2008

Les sites de S2

Déclaration de la FSU au CTPD « Préparation de rentrée » du 05 février 2008

Les décisions prises à l’occasion du budget 2008 trouvent aujourd’hui leurs traductions concrètes. A l’échelle nationale, 6700 postes d’enseignants et 2130 supports de stagiaires seront supprimés à la rentrée prochaine. Comme l’an passé les Académies de Lille (-687 postes), de Nancy-Metz (-377 postes) et d’Amiens sont les plus touchées.

Dans notre Académie, où les résultats aux examens ne sont pas au beau fixe, on supprime à la rentrée 359 postes d’enseignants, 31 postes administratifs et 19 postes d’étudiants surveillants. La facture est décidément bien salée après les 1200 emplois perdus entre 2002 et 2007.

Selon vos prévisions Monsieur l’Inspecteur d’Académie, les collèges de notre département devraient scolariser 85 élèves de plus l’an prochain. Nous « gagnons » 18 heures d’enseignement. Curieuse arithmétique qui conduit nos autorités à accorder un ETP pour 85 élèves supplémentaires alors qu’elles ont supprimé 30000 postes d’enseignants pour 200 000 élèves de moins ces cinq dernières années.

De ce fait, le H/E prévisionnel départemental (1.356) sera en retrait par rapport au H/E départemental constaté à la rentrée 2007. Rentrée cinglante faut-il le rappeler ? Dans un contexte déjà tendu, les collèges de notre département verront par ailleurs 252 HP transformées en HSA, détériorant encore davantage les conditions de travail des personnels et par contrecoup celles de nos élèves. Nous n’imaginons pas qu’au petit jeu du faire travailler plus pour décimer plus nos élèves puissent gagner quoi que ce soit.

18 collèges présenteront donc une DGH en baisse mais 26 établissements devront finalement rendre des HP. Certains collèges subiront de nouvelles coupes sombres : César Franck, Ham, Flixecourt, Etouvie… frappant ainsi des zones dans lesquelles le besoin d’Education est particulièrement criant. Ces suppressions de moyens annoncés sur les documents préparatoires que vous nous avez transmis entraîneront de nouvelles mesures de carte, de nouveaux services éclatés sur plusieurs établissements, une difficulté accrue à être nommé sur un poste fixe en établissement, des classes plus chargées, une plus grande difficulté à conduire ses projets pédagogiques et à travailler en interdisciplinarité, bref, elles entraîneront une souffrance qui ne pourra que nuire à la réussite de nos élèves !

Notre Académie perd 19 postes d’étudiants surveillants : combien manqueront encore dans les collèges du département ? Devant l’ampleur des besoins et le manque de personnels, les vies scolaires craquent et peinent désormais à assurer la sécurité des élèves et le bon fonctionnement des établissements. De nombreux établissements vous ont interpellé sur cette question.

Enfin, nous ne pouvons passer sous silence les atteintes répétées aux principes de laïcité auxquelles Monsieur le Président de la République et son gouvernement se sont livrés ces dernières semaines. La République est laïque. Elle impose à tous ceux qui représentent l’Etat une neutralité excluant tout mélange entre leurs convictions religieuses et les affaires de l’Etat. Elle garantit la liberté de conscience et de culte mais n’en reconnaît ni n’en soutient aucun. Elle forme aussi une protection contre tout prosélytisme religieux. La FSU et ses partenaires travailleront à empêcher toute remise en cause des principes de laïcité et à toute tentative de modification de la loi de 1905 de séparation des Eglises et de l’Etat.